• Ostéopathe nourrissons Paris13
  • Ostéopathe enfants Paris13
  • Ostéopathe femmes enceintes
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Nouveau décret concernant l'ostéopathie : quels changements ?

Publié par

Nouveau décret concernant l'ostéopathie : quels changements ?

Le 11 novembre 2014
L'ostéopathie encore mal réglementée en France fait un pas en avant pour n'accepter que les écoles les plus sérieuses

Les nouvelles exigences de formation

L'ostéopathie vient de voir se jouer une partie importante de son histoire en France. Le décret n° 2014-1043 relatif à l'agrément des établissements de formation en ostéopathie vient d’être publié il y a un mois au Journal Officiel de la République Française. 
 
Ce décret vient garantir de façon beaucoup plus sérieuse qu'auparavant les conditions des agréments des formations en ostéopathie en s'alignant sur des exigences portées par les syndicats et les meilleures écoles.
24 critères sont maintenant exigibles pour que l'agrément soit délivré aux établissements d'enseignements, dont notamment :  
  1. Le statut d'établissement d'enseignement supérieur.
  2. L'organisation d'une gouvernance sérieuse menée par un ostéopathe ayant un titre ou de l'expérience en management et associé à des conseils scientifiques, pédagogiques, etc.
  3. Des professeurs qui sont ostéopathes avec une expérience professionnelle conséquente (plus de 5 années)
  4. La garantie que le cursus doit compter au moins 150 consultations complètes par étudiant (sachant que cette exigence est un petit minimum puisque par exemple les meilleurs établissements en proposent presque le double).
  5. Le respect des capacités d'accueil des lieux en fonction du nombre d'étudiants, de la capacité de formation pratique clinique, des effectifs administratifs et pédagogiques, etc.
Très satisfaits de cette nouvelle évolution allant dans le sens du sérieux voulu et pour lequel se battent les ostéopathes exclusifs et nos syndicats, le président du SFDO (Syndicat Français Des Ostéopathes) précise à ce propos « Nous souhaitons que la profession soit plus homogène, Philippe Sterlingot. C’est pourquoi nous nous réjouissons d’avoir enfin un corpus de textes qui définissent l’ostéopathie, de façon très claire pour le patient. »
 
Comme nous le faisons depuis longtemps pour les ostéopathes issus des formations d'écoles d'enseignement supérieur, les ostéopathes seront maintenant bien sûr tenus d'établir un diagnostic avant de manipuler et de référer si besoin le patient vers un autre praticien de santé.
 

Ainsi, quelles seront les conséquences pour les formations et pour les patients ?

La chose est simple, il semble que sur la pléthore d'écoles  (plus de soixante) à travers la France, qui diplôment pour beaucoup des ostéopathes insuffisamment formés, moins de la moitié serait éligible à la ré-obtention de nouveaux agréments. 
 
Ainsi, ces écoles pourront soit chercher à se mettre au niveau en proposant enfin des formations de qualité, soit chercher à se regrouper pour permettre de meilleures conditions d'étude, ou même encore fermer.

Quelles conséquences pour les étudiants en ostéopathie ?

Selon ledit décret, tous les agréments sont prorogés jusqu'au 31 aout 2015. La prochaine année scolaire est donc "préservée" pour tous. Mais les choses vont se compliquer pour la rentrée 2016.

Alors qu'aucun doute ne plane sur l'obtention des nouveaux agréments pour les meilleurs établissements, un bon nombre seront sur la sellette. Il conviendra donc à chacun de ne pas se fier à une école qui affirmerait avoir un agrément post 2016 tant que la liste officielle ne sera pas publiée par le Ministère de la Santé.